Église paroissiale de l’Assomption

La construction de la nouvelle église paroissiale de Santa María, dédiée à l'invocation de l'Asunción, a commencé en 1773. De multiples difficultés financières ont conduit à des changements dans le projet, provoquant des retards et des arrêts qui ont prolongé sa construction jusqu'en 1875. La façade, cependant, est restée inachevée.

L’occupation chrétienne de la place d’Amposta se matérialise en 1148 dans la campagne de Ramon Berenguer IV pour la conquête de Tortosa. Le château d’Amposta, avec ses limites, fut donné à l’Ordre de l’Hôpital de Sant Joan de Jérusalem, qui établit le Priorat ou Castillane d’Amposta, qui à partir de 1154 devint le centre des possessions de l’ordre dans le territoire catalano-aragonais. La situation se maintint jusqu’en 1280, quand les hospitaliers permutèrent le château et la ville en échange des territoires d’Onda et de Gallur, suivant l’avancée frontalière dans la conquête militaire chrétienne des royaumes musulmans.

En 1282, Pere el Gran accorda une charte puebla à Amposta. Sa situation deltaica, les difficultés économiques et la piraterie empêchaient le développement du peuple jusqu’à l’époque moderne. Au XIXème siècle, la Guerre de France et les Guerres Carlistes lui causèrent aussi beaucoup de difficultés. Dans la seconde moitié du siècle, cependant, la construction du Canal de la Dreta de l’Èbre et la colonisation du Delta pour l’expansion de la culture du riz ont marqué le début d’un processus d’expansion fondamentale continue jusqu’à aujourd’hui.

Le premier document mentionnant une église à Amposta date de 1097, quand Ramon Berenguer III fait don à l’abbé de Sant Cugat d’un ensemble de terres au sud de l’Èbre qui n’avaient pas encore été conquises. Dans ce document, on appelle l’église du Saint-Sépulcre d’Amposta.

À la fin du XIIIe siècle, coïncidant avec le début du noyau urbain, une première église serait construite pour servir les habitants d’Amposta. Cette église devrait déjà exister en 1314, car l’évêque Paholac a visité cette ville au cours de sa visite pastorale et apparaît déjà sous le vocable de Sainte-Marie. Au XVème siècle, les visites pastorales se répètent, sans qu’il y ait de description de leurs caractéristiques architecturales.

Pendant le siège du château d’Amposta entre 1465 et 1466, l’église a subi plusieurs dégâts causés par les bombardements, ainsi que d’autres bâtiments de la ville, comme le moulin de Miralles.

Cette église médiévale pourrait être plus tard connue comme la chapelle de Santa Susana. Malgré le manque de documentation permettant d’affirmer, la situation de l’ancienne chapelle le long de la rivière, ainsi que la façon dont elle est représentée dans la cartographie antique, nous rapprochent de l’étage d’un bâtiment construit à l’époque médiévale.

Les fouilles archéologiques de ces dernières années ont mis à nu le plan d’une ancienne église et le cimetière devant l’actuelle église de l’Assomption. Le bâtiment occupait la majeure partie de l’espace, jouxtant au nord l’actuelle rue Nou, à l’ouest la rue Major, à l’est le cimetière et au sud une rue aujourd’hui disparue. Il s’agirait d’un édifice à nef unique avec une abside orientée au nord-est et des murs d’enceinte de plus de deux mètres d’épaisseur réalisés au mortier de chaux. Il semble qu’elle ait pu être fortifiée, répondant aux besoins de sécurité de la population sans protection face aux attaques pyrotechniques de la chute du Château.

En mai 1776, le consistoire de la Mairie d’Amposta et des représentants de l’Église accordent l’acte de construction en faveur des architectes et constructeurs tortosins Francesc Mulet et Andreu Moreno, pour un prix de 4100 livres, monnaie valencienne. Mais en raison de difficultés économiques, le chantier est retardé et finalement provoque un nouveau projet, pour économiser de l’argent, à la charge du valencien Manuel Blasco. Mais les problèmes de paiement des travaux continuèrent et la construction ne progressa pas, se paralysant définitivement en 1826.

Pendant la seconde guerre carliste, elle fut utilisée comme caserne par les troupes royales, souffrant de nombreux dégâts. Vers 1850, grâce à une donation de la reine Isabel II, les travaux reprennent et se terminent vers 1875, bien que la façade reste inachevée. Pendant la Guerre Civile Espagnole, elle est devenue le marché de l’avitaillement et de la distribution en gros.

Information utile

  • Où: Plaça de l'Ajuntament, 8, 43870 Amposta, Tarragona, Espanya
  • Horaires: Obert tot el dia.
  • Telèfon: 977700103
Open chat